Une action Collège-pilote qui en cache une autre..
Par Clarisse Huguenard-Devaux, enseignante-chercheuse à la Faculté de Chimie de l’Université de Strasbourg, associée à la Maison pour la science en Alsace.

Des collégiens - étudiants et des étudiants - enseignants : une action Collège-pilote qui en cache une autre.

Les 27 et 28 mai, les élèves de trois classes de 6ème du collège Suzanne Lalique de Wingen-sur -Moder, collège-pilote La main à la pâte, sont venus vivre à l’Université de Strasbourg un mini-séjour scientifique, en clôture d’un projet annuel mené avec la Maison pour la Science en Alsace. L’action a impliqué à la fois les professeurs de ces élèves,  des scientifiques statutaires du supérieur (enseignants, chercheurs, techniciens) et des étudiants de  Licence 1ère année et de Master 2ème année, tous mobilisés au service des élèves, pour partager leurs savoirs et savoir-faire. Un décloisonnement des disciplines et des statuts dont chacun ressort enrichi !

Une action de la Maison au bénéfice des professeurs et des élèves …

Les enseignants de Sciences de la vie et de la terre, Physique-chimie et Technologie de ces trois classes mènent sur l’année un Enseignement Intégré en Sciences et Technologie, chacun traitant avec une seule et même classe les trois disciplines, dans le cadre d’un projet commun. La démarche propre à la recherche est le fil conducteur de cet enseignement. La Maison a pu apporter son soutien en cours d’année par les interventions en classe de deux scientifiques, venus illustrer les outils et les méthodes des chercheurs par des exemples choisis dans les domaines de la chimie (Clarisse Huguenard-Devaux) et, en lien également avec le programme d’histoire, de l’archéologie (Eric Boës). 

En classe, classement chronologique d’outils préhistoriques et historiques par appréciation visuelle (matériau, façonnage).

Les élèves ont été sensibilisés au rôle crucial de la trace écrite sous toutes ses formes dans la démarche scientifique et notamment celle du « cahier de chercheur ». Ils ont adopté cet outil pour tous leurs travaux de sciences de l’année et n’ont pas manqué de l’emmener et de l’utiliser pour le mini-séjour scientifique à l’université.  

Logés au centre culturel Saint-Thomas, usant  des cantines de lycées proches de l’Université, accueillis en amphithéâtre et dans des salles de travaux pratiques,  ils ont goûté à une vie d’étudiants strasbourgeois. Les activités scientifiques proposées faisaient la part belle à l’observation, à la manipulation, à la collecte de trace écrite et permettaient d’illustrer l’évolution continue de la connaissance scientifique et technique. En deux jours les trois classes sont donc passées, tour à tour, par trois ateliers mêlant chimie, sciences naturelles et histoire :

  • chimie et histoire des sciences - synthèse du pigment indigo, usage en teinture et fabrication de peinture
  • botanique - découverte et étude de plantes ressources, dont les plantes tinctoriales
  • archéologie - étude de l’évolution de la capacité crânienne d’hominidés

A la Faculté de Chimie, synthèse du pigment indigo pour fabriquer une peinture bleue liée à l’amidon et épaissie à la craie.

Dans la serre tropicale du Jardin botanique, des plantes-ressources à foison !

Observation à la loupe binoculaire de l’huile essentielle secrétée par les poils glandulaires d’une feuille de Géranium rosat.

Etre ou ne pas être ? Ou comment mesurer une capacité crânienne … et ne surtout pas l’assimiler à une mesure de l’intelligence.

Le soir du 27 mai, une recherche d’objets symboliques de diverses époques historiques autour de la cathédrale, organisée par Eric Boës, a permis une découverte touristique originale et active du centre-ville.

Ils l’ont trouvé ! L’obus allemand de 1870, resté fiché dans l'angle de la façade de l’Hôtel de la Cathédrale, à hauteur de l'enseigne.

Faire travailler les élèves pendant deux jours sur les lieux et avec les outils et les méthodes des scientifiques a donc permis de leur apporter un contenu pluridisciplinaire riche, mais surtout de les impliquer et les marquer fortement. Pour eux les sciences peuvent désormais être associées à une expérience inédite, affective, avec son lot de souvenirs entre amis, hors de la classe, (et sans les parents !). Ils auront désormais une image plus concrète et plus proche d’eux, de ce que recouvrent les mots Sciences et Université, si impressionnants de prime abord.

… qui implique et profite à des étudiants de Licence et de Master.

Pour prendre en charge l’atelier Botanique, Emilie Vantard et Katheline Baksic,étudiantes en deuxième année de Master Plantes, se sont portées volontaires. Leurs examens étant terminés, elles ont trouvé intéressant de consacrer ainsi leurs premiers jours de vacances à une action de médiation scientifique, une expérience agréable, dans un domaine qui les passionne, éventuellement utile et valorisable pour leur projet professionnel. Une fois informées du contexte global de la visite des collégiens, accompagnées pour les aspects pratiques par la technicienne en charge de la salle de TP de microscopie, elles ont mené le projet de bout en bout, de la conception à l’encadrement des classes, et les élèves ont beaucoup apprécié l’atelier.

En parallèle, l’atelier Chimie a bénéficié d’un encadrement optimal grâce à la présence d’étudiants de Licence de Chimie 1ère année, qui se sont relayés pour qu’il y ait toujours trois étudiants présents à chaque session. Les manipulations ont ainsi pu se dérouler avec une fluidité remarquable et en toute sécurité. 

Des étudiants dévoués pour l’accompagnement des collégiens.

 

Cet encadrement renforcé des collégiens par les étudiants s’est préparé bien en amont de la visite. Un club Chimie, organisé par Clarisse Huguenard-Devaux, s’est réuni de manière répétée au cours du deuxième semestre, avec une dizaine d’étudiants volontaires et sur leurs créneaux libres. Objectif annoncé de ce club : préparer l’accompagnement en salle de TP de deux visites de collégiens, les uns venant du collège Jules Hoffmann de Strasbourg et les autres du collège Suzanne Lalique.  

Pour un retour sur la préparation des étudiant.e.s à l'acceuil des élèves, retrouvez l'article "Bienvenue aux clubs !" Disponible ici : http://www.maisons-pour-la-science.org/node/1480437

Les collégiens apprécient d’être encadrés par les jeunes adultes bienveillants que sont les étudiants et les étudiants, de leur côté, gagnent en confiance et en autonomie à jouer ce rôle où leurs compétences, récemment acquises, peuvent s’exercer.Devoir transmettre ce que l’on sait à d’autres apprenants, conduit de manière très efficace à clarifier et stabiliser ses propres connaissances et savoir-faire.

L’activité du club avait en outre d’autres objectifs pédagogiques. Prolonger ainsi le temps des travaux pratiques classiques sur un mode plus individualisé, autonome et convivial permet de soutenir la motivation des étudiants. C’est un temps d’émerveillement mais aussi de structuration car on revoit et approfondit sur de nouveaux exemples les thèmes et les techniques rencontrés pendant l’année. Bon nombre des membres du club y cherchaient l’occasion de s’entraîner à manipuler plus souvent, trouvant qu’il n’y a pas encore assez de séances d’expérimentation dans nos maquettes de L1, ou ayant suivi, à l’étranger, des études secondaires proposant peu de manipulations. 

Acteurs de la préparation et de la réalisation du projet, les étudiants se sont ainsi trouvés partie prenante d’un travail d’équipe. Enseignants, techniciens et étudiants se sont mobilisés dans un même but et ont tous joué un même rôle : accompagner au mieux les collégiens. Ce type de décloisonnement des rôles enrichit tous les protagonistes car il oblige à soigner sa façon de communiquer et à s’écouter mutuellement pour que l’équipe travaille efficacement.

Une expérience à renouveler 

Si un mini-séjour du même type peut être reconduit l’an prochain, les enseignants de sciences du collège de Wingen-sur-Moder souhaiteraient impliquer des collègues d’histoire-géographie, pour exploiter et développer conjointement les aspects historiques déjà présents dans les contenus abordés cette année.

Quant à l’expérience du club de chimie associé à des visites de classe, elle s’est révélée à plusieurs reprises très positive et mérite d’être reconduite avec de nouvelles promotions d’étudiants !

Un très grand merci 

à  Eric Boës, archéologue, directeur-adjoint de l’INRAP, pour son implication auprès de la Maison et sa forte contribution au projet,

à  Emilie Vantard et Katheline Baksic, étudiantes respectivement en Master Plantes :biologie moléculaire et biotechnologie et Master Plantes : molécules bioactive et valorisation qui ont mené l’atelier Botanique de main de maîtres,

à Marta Ramel, Nicole Caccavelli et Aurélie Husser pour leur soutien technique sans faille,

à Alberto, Anthony, Barbora, Eleanna, Imen, Lyna, Paula, Sabine et Sabri, étudiants de L1, pour leur participation active aux séances de club et leur collaboration précieuse à l’encadrement de collégiens,

aux Facultés de Chimie et de Sciences de la vie pour la mise à disposition de locaux, de matériel et de personnels.

 

La presse en parle !